Lever des fonds & Donner Faire un don
courrier@enfance-et-cancer.org

DESTINATIONSANTE.COM, LADEPECHE.FR, LINDEPENDANT.FR, FR.NEWS.YAHOO.COM PARENTS.FR : 15 fevrier : « Mieux comprendre les cancers à haut risque chez l’enfant »

 

Les cancers infantiles sont bien différents des cancers de l’adulte. C’est pourquoi toujours plus de recherche est nécessaire afin de mieux connaître ces tumeurs à part, et les traiter plus efficacement. A l’occasion de la Journée Internationale du Cancer de l’Enfant ce 15 février, l’institut Curie annonce le lancement d’une large étude nationale.

Capture d’écran 2018-04-29 à 20.52.51

 

L’étude MICCHADO pilotée par le Dr Gudrun Schleiermacher à l’institut Curie a pour but de « mieux comprendre et mieux traiter les cancers de l’enfant à haut risque ». Ces tumeurs sont plus difficiles à soigner, les rechutes sont fréquentes et les cellules cancéreuses peuvent développer une résistance aux traitements. « Pour ces jeunes patients, it est primordial de disposer, le plus tôt possible, d’informations précises sur les caractéristiques de leur tumeur afin de choisir le meilleur traitement et de réagir rapidement s’ils deviennent inefficaces », souligne l’institut Curie.

C’est pourquoi cette etude nationale, menée en collaboration avec Gustave Roussy (Villejuif) et le Centre Léon Bérard (Lyon), va associer 30 centres d’oncologie pédiatrique en France Lancée en ce mois de février, elle inclura, pour une durée de 6 ans, 600jeunes patients (enfants, adolescents et jeunes adultes) atteints de tumeurs à haut risque.

Analyse de l’ADN tumoral circulant

« Cette étude vise à améliorer la compréhension des mécanismes de progression tumorale et de résistance aux traitements », explique le Dr Schleiermacher Pour cela, « la présence de biomarqueurs, comme l’ADN tumoral circulant, sera recherchée à l’aide d’une simple prise de sang, dans l’objectif d’établir des tiens avec le niveau d’agressivité de la tumeur »

« C’est une première car cette évaluation du risque à partir de [‘ADN tumoral circulant durant le suivi du patient n’a encore jamais été pratiquée pour les tumeurs pédiatriques », conclut-elle.

A noter : chaque année en France, près de 2 500 enfants et adolescents se voient diagnostiquer un cancer.

*financée par l’association Imagine for Marge – Children without cancer (1,2 millions d’euros), l’association Hubert-Gouin – Enfance & Cancer (200 000 euros). A obtenu le soutien du Fonds KiCa, hébergé par la Fondation Roi Baudouin, et de KickCancer (200 000 €). Soutenue par BristolMyers Squibb

Leave a Reply