Projets 2017

Projet sur l'ependynome : Anne Laprie : Montant attribué : 44 000€

L’épendymome intracrânien est une affection tumorale rare qui intéresse des enfants de tous âges,
avec une prédominance chez les moins de 4 ans. La survie à 10 ans des patients traités pour un
épendymome est de 60%. Le traitement curatif est constitué d’une chirurgie agressive la plus complète possible et d’une
radiothérapie post opératoire à forte dose. La rechute est le plus souvent locale, et la chimiothérapie est peu efficace sur ces tumeurs, rendant la radiothérapie indispensable, même chez les enfants de
moins de 3 ans. Les rechutes locales sont expliquées en partie par la difficulté à délivrer des doses
suffisantes du fait de la proximité naturelle de ces tumeurs avec les structures nobles du système
nerveux, par exemple le tronc cérébral ou le chiasma optique.
L’objectif de ce projet est de démontrer la faisabilité d’escalade la dose de radiothérapie sur les zones les plus radiorésistances définies par nos études préliminaires, avec des techniques innovantes
par modulation d’intensité en photon et en protons sur le lit tumoral, lieu des rechutes , en supplément de la dose standard délivrée au volume cible habituel tout en limitant la dose aux organes sains adjacents. Selon les résultats, cette approche pourra être appliquée dans un essai clinique pour augmenter les chances de survie des enfants sans augmenter les risques de séquelles.

Projet « Rôle des facteurs de transcription PHOX2B, GATA3 et HAND2 dans l’identité et l’oncogenèse du neuroblastome » : Isabelle Janoueix - Institut Curie - Montant attribué 40 000 €

L’étude des altérations génétiques du neuroblastome a permis d’identifier plusieurs gènes importants dans le processus tumoral, tels que les gènes MYCN, ALK ou TERT. De nouvelles approches permettent maintenant de définir les facteurs qui gouvernent les programmes d’expression spécifiques de différents types cellulaires. Nous avons ainsi mis en évidence un nouveau type d’hétérogénéité dans le neuroblastome, en lien avec la cellule à l’origine du développement tumoral. Le programme proposé a pour but d’étudier plusieurs facteurs potentiellement importants dans le contrôle des programmes d’expression mais également dans les propriétés tumorigènes de lignées de neuroblastome.

Projet « Evaluation de la valeur prédictive de la réponse à la chimiothérapie d’une combinaison de SNP de gènes de métabolisme des anticancéreux sur la cohorte française des Neuroblastomes de Haut Risque » : Anne-Sophie Defachelles : Montant attribué 40 000€

Malgré un traitement intensif, le pronostic des patients porteurs d’un neuroblastome de haut risque (HR NB) reste sombre. Le rôle des variations constitutionnelles des gènes codant pour les enzymes et transporteurs des chimiothérapies dans ces échecs de traitement n’a pas été étudié. Nous proposons d’étudier les variations interindividuelles de gènes jouant un rôle dans la réponse tumorale ou la toxicité des anticancéreux utilisés dans le traitement des HR NB et de corréler ces variations avec la réponse tumorale et la toxicité chez les patients français atteints d’un neuroblastome métastatique.